34 impasse Cazan, 84330 Caromb
+33 6 65 12 70 80

29 avenue du 11 novembre, 84150 Jonquières

Pierre Renard
Psychanalyste proche Carpentras
 
34 impasse Cazan, 84330 Caromb

29 avenue du 11 novembre, 84150 Jonquières

 
+33 6 65 12 70 80

Psychanalyste, Maître hypnothérapeute, thérapeute E.M.D.R+ à Jonquières et à Carpentras

Pierre Renard, psychanalyste, Maître hypnothérapeute et thérapeute E.M.D.R+

Thérapeute à Caromb (84330) et à Jonquières (84150)

Mes champs de compétences et techniques sont l'hypnose, la psychothérapie, l'EMDR+ et la psychanalyse.

Précisions géographiques des cabinets.

Le cabinet de Caromb est central quant à : Carpentras (10 mn), Loriol (10 mn), Pernes (10mn), Mazan (10 mn) mais aussi Sorgues (20mn).

- Le Cabinet de Caromb : 34 impasse Cazan - grand parking gratuit à 100 m.

Le cabinet de Jonquières est central quant à : Orange (12 mn), Camaret (10 mn), Courthézon (5 mn), Sarrians (idem), Vacqueyras (10 mn).

- Le cabinet de Jonquières : Pôle Médical, 29 avenue du 11 novembre.

Précisions sur l'accueil des patients et les premières séances, y compris état de stress aigu ou "E.S.A" - in c.

L'accueil des adultes, spécificités des enfants, et la séance à domicile.

Je travaille essentiellement en cabinet où j'accueille tous types de patients : adolescents, adultes et seniors.

Je reçois également les enfants à partir de 6/7 ans.

Le cas étant spécifique, on peut préciser qu'une une première rencontre s'effectue avec la mère et le père, la complémentarité (altérité) des sexes étant nécessaire pour le développement de l'enfant et la thérapie, même en cas de divorce.

On peut également préciser que les séances s'achèvent par quelques mots avec les parents : un "debriefing" ; enfin, qu'une séance régulière avec un parent peut être prévue.

En cas de difficultés de déplacement ou de handicap, je peux me rendre à votre domicile moyennant un surcoût de 10 euros et limité à 20 kilomètres.

Les premières de psychanalyse, d'hypnose, ou d'E.M.D.R, or cas du traumatisme récent

Quelque soit la demande qui déclenche le pas que vous faites, je prendrai d'abord le temps de vous écouter, la parole étant de soi-même thérapeutique et nécessaire pour établir un diagnostic, au travers de votre récit.

Ce diagnostic s'établit sur deux ou trois séances et précède l'orientation vers la thérapie de votre choix, éclairé d'un avis où s'effectue la distinction de la structure : personnalité et économie psycho-dynamique, et de la souffrance : du symptôme.

Prendre le temps du diagnostic

Prendre le temps effectue donc pour vous un premier déconditionnement ou une mise à distance du problème, de la souffrance physique (somatisations diverses) ou psychique.

Prendre ce temps du diagnostic permet essentiellement d'éviter le phénomène d'impasse subjective : de confondre ce que l'on est (structure) et ce que l'on a, un symptôme physique ou psychique.

Cette confusion est inhérente aux thérapies n'effectuant pas de diagnostic ou promouvant une forme de thérapie, qui, pour répondre aux injonctions du "tout tout de suite" : le consumérisme et le principe de plaisir - Freud ; et promeuvent des réponses toutes faites - lorsque la mise en respiration du sujet découle de l'élaboration de ses propres réponses et nécessite un cheminement : principe de réalité.

Enfin, prendre le temps du diagnostic permet d'éviter les réponses thérapeutiques hâtives et inadaptées, car cette distinction de ce que vous êtes (structure) et de ce que vous avez (symptôme) permet d'indiquer et de trouver ensemble les réponses thérapeutiques adaptées à votre personnalité, à savoir : psychanalyse, psychothérapie, hypnose, ou E.M.D.R+, ou plusieurs techniques alternées.

Je vous invite également à prendre le temps de lire les rubriques de ces techniques, tant l'on peut avoir d'idées préconçues.

Le cas de l'évènement traumatique récent

ci, il s'agit d'avantage d'une prise en charge, mais impliquant à l'instar de la thérapie une volonté clairement exprimée.

Cette prise en charge s'effectue dès la deuxième séance, notamment en E.M.D.R+ alternée avec l'hypnose ou de psychothérapie qui achève de libérer le sujet du traumatisme : conférer "effet Zeigarnik" in chapitre E.M.D.R+.

Plus la démarche du patient est rapide, plus la prise en charge est efficace au sens du dégagement intérieur du traumatisme : de l'angoisse et de la souffrance.

En effet, le choc du traumatisme initial enclenche une symptomatologie caractérisant "l'E.S.A" ci-dessous défini.

En voici quelques traits :

attaque de panique, risque de décompensation (délire, état maniaque/hyperactivité, insomnie, etc), de la sidération mentale, du syndrome dissociatif et d'amnésie, du risque dépressif, de l'alexithymie (aphasie des émotions) du trouble relationnel impactant la sphère privée, conduite d'évitement (lieu, situation, personne).

La présence de trois symptômes concomitants, durant deux jours à quatre semaines et apparaissant 3 à 5 semaines après l'évènement définit l'E.S.A

Ainsi, la rapidité de la prise en charge répond à la notion "d'E.S.A" : état de stress  aigu (DSM-IV R) consécutif à un traumatisme récent qui va de l'accident de voiture, jusqu'au viol, en passant par l'agression physique, que ces évènements aient été subis directement ou que la personne y ait assisté.

C'est la notion de traumatisme par procuration découlant de l'identification inconsciente à l'image de l'autre, ou identification spéculaire de Lacan : en miroir.

Il faut donc éviter que l'E.S.A ne dissémine ou ne se généralise à l'ensemble de la vie psychique (affective et cognitive), relationnelle (privée et professionnelle), et comportementale.

Cette généralisation ou dissémination implique le passage de l'E.S.A à celui de "syndrome post-traumatique" : S.P.T ; et intervient dans les 3 à 6 mois après le traumatisme.

Cette notion n'est pas nouvelle puisque Freud parlait déjà de "névroses traumatiques" et avant lui, le chirurgien Baron Larrey des armées napoléniennes parlait de "l'effroi (catatonie) du vent de boulet" en 1812.

Faire le premier pas.

Mais que dire pour soutenir le pas que vous aller faire et commencer dans cette page d'accueil ?

D'abord, faire ici une présentation d'ensemble qui résume le fond des trois techniques de thérapies que j'utilise.

Ensuite, vous rassurez et décomplexer votre démarche thérapeutique.

En effet, si votre réflexion vous porte à faire une thérapie et si vous lisez même ce texte, c'est déjà que vous vous remis en chemin.

 

II ) Précisions sur l'accueil des patients et les premières séances, y compris "l'E.S.A" - in c.

 

a ) L'accueil des adultes, spécificités des enfants, et la séance à domicile.

Je travaille essentiellement en cabinet où j'accueille tous types de patients : adolescents, adultes et seniors.

Je reçois également les enfants à partir de 6/7 ans.

Le cas étant spécifique, on peut préciser qu'une une première rencontre s'effectue avec la mère et le père, la complémentarité (altérité) des sexes étant nécessaire pour le développement de l'enfant et la thérapie, même en cas de divorce.

On peut également préciser que les séances s'achèvent par quelques mots avec les parents : un "debriefing" ; enfin, qu'une séance régulière avec un parent peut être prévue.

En cas de difficultés de déplacement ou de handicap, je peux me rendre à votre domicile moyennant un surcoût de 10 euros et limité à 20 kilomètres.

 

b ) Les premières de psychanalyse, d'hypnose, ou d'E.M.D.R, or cas du traumatisme récent : de l'E.S.A.

 

Quelque soit la demande qui déclenche le pas que vous faites, je prendrai d'abord le temps de vous écouter, la parole étant de soi-même thérapeutique et nécessaire pour établir un diagnostic, au travers de votre récit.

Ce diagnostic s'établit sur deux ou trois séances et précède l'orientation vers la thérapie de votre choix, éclairé d'un avis où s'effectue la distinction de la structure : personnalité et économie psycho-dynamique, et de la souffrance : du symptôme.

Prendre le temps effectue donc pour vous un premier déconditionnement ou une mise à distance du problème, de la souffrance physique (somatisations diverses) ou psychique.

Prendre ce temps du diagnostic permet essentiellement d'éviter le phénomène d'impasse subjective : de confondre ce que l'on est (structure) et ce que l'on a, un symptôme physique ou psychique.

Cette confusion est inhérente aux thérapies n'effectuant pas de diagnostic ou promouvant une forme de thérapie, qui, pour répondre aux injonctions du "tout tout de suite" : le consumérisme et le principe de plaisir - Freud ; et promeuvent des réponses toutes faites - lorsque la mise en respiration du sujet découle de l'élaboration de ses propres réponses et nécessite un cheminement : principe de réalité.

Enfin, prendre le temps du diagnostic permet d'éviter les réponses thérapeutiques hâtives et inadaptées, car cette distinction de ce que vous êtes (structure) et de ce que vous avez (symptôme) permet d'indiquer et de trouver ensemble les réponses thérapeutiques adaptées à votre personnalité, à savoir : psychanalyse, psychothérapie, hypnose, ou E.M.D.R+, ou plusieurs techniques alternées.

Je vous invite également à prendre le temps de lire les rubriques de ces techniques, tant l'on peut avoir d'idées préconçues.

 

c ) Le cas de l'évènement traumatique récent : E.S.A ou état de stress aigu.

 

Ici, il s'agit d'avantage d'une prise en charge, mais impliquant à l'instar de la thérapie une volonté clairement exprimée.

Cette prise en charge s'effectue dès la deuxième séance, notamment en E.M.D.R+ alternée avec l'hypnose ou de psychothérapie qui achève de libérer le sujet du traumatisme : conférer "effet Zeigarnik" in chapitre E.M.D.R+.

Plus la démarche du patient est rapide, plus la prise en charge est efficace au sens du dégagement intérieur du traumatisme : de l'angoisse et de la souffrance.

En effet, le choc du traumatisme initial enclenche une symptomatologie caractérisant "l'E.S.A" ci-dessous défini.

En voici quelques traits :

attaque de panique, risque de décompensation (délire, état maniaque/hyperactivité, insomnie, etc), de la sidération mentale, du syndrome dissociatif et d'amnésie, du risque dépressif, de l'alexithymie (aphasie des émotions) du trouble relationnel impactant la sphère privée, conduite d'évitement (lieu, situation, personne).

La présence de trois symptômes concomitants, durant deux jours à quatre semaines et apparaissant 3 à 5 semaines après l'évènement définit l'E.S.A

Ainsi, la rapidité de la prise en charge répond à la notion "d'E.S.A" : état de stress  aigu (DSM-IV R) consécutif à un traumatisme récent qui va de l'accident de voiture, jusqu'au viol, en passant par l'agression physique, que ces évènements aient été subis directement ou que la personne y ait assisté.

C'est la notion de traumatisme par procuration découlant de l'identification inconsciente à l'image de l'autre, ou identification spéculaire de Lacan : en miroir.

Il faut donc éviter que l'E.S.A ne dissémine ou ne se généralise à l'ensemble de la vie psychique (affective et cognitive), relationnelle (privée et professionnelle), et comportementale.

Cette généralisation ou dissémination implique le passage de l'E.S.A à celui de "syndrome post-traumatique" : S.P.T ; et intervient dans les 3 à 6 mois après le traumatisme.

Cette notion n'est pas nouvelle puisque Freud parlait déjà de "névroses traumatiques" et avant lui, le chirurgien Baron Larrey des armées napolénoiennes parlait de "l'effroi (catatonie) du vent de boulet" en 1812.

 

III ) Faire le premier pas.

Mais que dire pour soutenir le pas que vous aller faire et commencer dans cette page d'accueil ?

D'abord, faire ici une présentation d'ensemble qui résume le fond des trois techniques de thérapies que j'utilise.

Ensuite, vous rassurer et décomplexer votre démarche thérapeutique.

En effet, si votre réflexion vous porte à faire une thérapie et si vous lisez même ce texte, c'est déjà que vous vous remis en chemin.

 

IV ) Se remettre en chemin par effet de ce qui se répète, du hasard, ou d'un symptôme : une demande de naissance.

Sur ce chemin intérieur que vous avez pris, ou repris, vous avez pu y être arrêté, par effet d'un traumatisme, d'une carence affective, ou au contraire du "trop de mère" (relation d'emprise maternelle), d'une carence du père, ou tout autre donnée intergénérationnelle.

C'est alors le passé qui ne passe pas : "le gel du temps et des affects" (Artières) et rien ne se transforme, rien ne passe, ou son équivalent : les choses se répètent.

L'endeuillement (mélancolie, dépression, somatisations) signe ce passé qui ne passe pas, ou se répète, car la fonction du deuil est de faire passer : ce que l'on a (un symptôme physique ou psychique), on peut s'en séparer - à condition de ne pas le confondre avec ce que l'on est.

Ce gel de la vie intérieure et affective, ce sont aussi ces personnes dont l'efficacité et la réussite sont payées du vide : elles fonctionnent à vide, car elles se sont amputées d'une part d'elles-mêmes.

En effet, beaucoup de personnes ayant intériorisées l'injonction à la compétitivité et la norme consumériste fonctionnent d'apparence très bien, mais elles fonctionnent avec "la part robot du moi" (E.Bick, F.Tustin) : elles fonctionnent à vide et spectatrice de leur vie, ou en dehors d'elles-mêmes.

Alors, "rien ne passe, rien se transforme, rien ne se crée"- pour plagier Lavoisier, c'est le gel d'une vie.

Ainsi donc, pour vous décomplexer, il faut renverser du normal et du pathologique - Canguilhem.

 

À savoir, si vous lisez ce texte, et si vos pas vous portent vers une thérapie, c'est que vous avez trébuché.

Et si vous avez trébuché c'est qu'un obstacle (skandaloñ - Mathieu 18, Lacan) ayant fait retour du passé, vous a remis en route.

En effet, la souffrance, ou le symptôme physique ou psychique, à condition qu'il soit écouté, ou ce qui vous arrive et se répète, n'est pas négatif : il vous remet en route et explore des parties ignorées (donc actives), contrairement, à ces personnes fonctionnant "à vide".

Par parenthèse, il faut donc remercier cet obstacle - chose, évènement, personne, deuil, relation, séparation, etc.

Ainsi, il arrive que des problématiques apparemment résolues et enfouies refassent surface et avec elles : des somatisations, des insomnies, des états anxio-dépresssifs, des traumatismes, que des phobies se cristallisent d'un coup, ou encore d'autres souffrances psychiques et somatisations - voir indications dans la page "Qui suis-je ?"

Or, s'agissant de trébucher, Erickson, le génie de l'hypnose dit que "la crise est le vecteur d'une naissance et l'affleurement au jour d'une ressource/solution".

Lacan, de son côté, renverse l'ordre de l'effet et de la cause et rappelle avec humour l'étymologie du verbe "comprendre" : understand en vieil anglais c'est "understemble" qui veut dire trébucher.

Donc, pour décomplexer et dépathologiser la souffrance, on commence à avancer et à éclairer quelque chose de soi lorsque l'on rencontre un obstacle ; car en effet, souffrir n'est pas être malade, mais une demande naissance.

Nous dirions mieux, la rencontre de cet obstacle sert de miroir à "l'image inconsciente du moi" ( Lacan, Tisseron) et à ses croyance fondatrices ; en laisser quelques unes au passage fera relance de votre processus de croissance.

 

Ensuite, disons que ce miroir inconscient se forme par intériorisation de l'Autre maternel (Lacan, Tisseron) à un stade précoce : en deçà du langage verbal (signifiant digital).

Ainsi, le soutien dans l'image du thérapeute s'ancre dans ce stade précoce : le langage préverbal (signifiant analogique) des premiers stades de la vie est mobilisé tant par la psychanalyse, que par l'hypnose, qu'enfin, par l'EMDR ; ainsi est réitéré un séparation-individuation - M.Mahler.

Mais la psychanalyse comme l'hypnose utilisent également le langage verbal ; ce langage, ou signifiant digital se noue (noeud borroméen) à l'intersection du symbolique et de l'imaginaire.

De cela l'on pourrait déduire que le langage verbal (parole) à distance suffit et que la séance de thérapie peut s'effectuer à distance ; mais, ce langage est essentiellement discursif (symbolique) et n'atteint pas aux problématique profondes.

Par contre, et toujours se servant de la modélisation du noeud borroméen, nous pouvons dire que  l'essentiel des modèles profonds, des engrammes et des blessures : somatisation, insomnie, insécurité, traumatisme, phobies, etc ; se situent dans l'intersection qui noue le réel et l'imaginaire.

Ce nouage constitue "la réalité" (métabolisation du réel) propre au sujet.

Ce nouage supporte le sensoriel, l'odeur, les bruits, intonations/prosodie du langage, rapport à l'espace et au premier Autre (Lacan), etc.

Ce nouage a donc pour symétrique thérapeutique le "vecteur non-verbal de la thérapie" (Erickson, Godin) ; il implique donc la présence réelle du thérapeute, qui réactualise-répare-remanie les engramme premiers pour en libérer (deuil) le sujet et le mettre en respiration.

 

À bientôt.

Pierre Renard, votre psychanalyste, hypnothérapeute, thérapeute E.M.D.R+

Les cabinets de psychanalyse, hypnose et E.M.D.R à Caromb et Jonquières

Accéder au cabinet

Cabinet Caromb

34 impasse Cazan
84330 Caromb

Cabinet Jonquières

29 Avenue du 11 Novembre
84150 Jonquières

Le cabinet est facilement accessible depuis Aubignan, Mazan, Carpentras, Sarrians, Monteux, Vaison-la-Romaine, Pernes-les-Fontaines, Jonquières, Courthézon, Camaret-sur-Aigues, Bédarrides, Entraigues-sur-la-Sorgue...

Prendre rendez-vous

Pierre Renard est à votre disposition pour fixer un rendez-vous et répondre à vos questions.

Cabinet Caromb

Cabinet Jonquières

Informations pratiques

Je reçois adolescents mais aussi adultes ou seniors en cabinet ou à domicile.

  • Tarifs adaptés pour les chômeurs, les étudiants ou les personnes ayant des difficultés financières

Ils ont suivi une psychothérapie, fait une psychanalyse, de l'hypnose, ou de l'E.M.D.R

"Le syndrome Asperger, surchage cognitive et stress physiologique, mais persistance vitale."

Par Julien

Publié le 16 Mars

Par Julien : "Asperger what else ..!?" Parce qu'il s'agit toujours d'une rencontre ... Après de nombreuses années de thérapies et divers thérapeutes rencontrés j'ai eu la chance que la vie me permette de rencontrer M. Renard. Depuis trop longtemps ces thérapies ne me suffisaient pas. Je restais sur ma "faim"... et en panne, ce qui n'est plus le cas avec les méthodes psychodynamiques (psychanalyse, hypnose) de Monsieur Renard. À 46 ans révolu, Mr Renard a diagnostiqué un syndrome Asperger selon la symptomatologie : - d'hypersensorialité (stress physiologique) ; - d'hypersensibilité relationnelle (angoisse) ; - de bulle autistique (F.Tustin, Dr Houzel) : stéréotypie, isolation environnementale, atemporalité ; - de pensée en réseau : Q.I, simultanéité de traitement et stress ; - de persistance vitale. Ce diagnostic du spectre autistique a été amplement confirmé par un expert psychiatre. Dur chemin que la connaissance de soi, mais tellement libérateur...! Merci Mr Renard de votre sagacité et de savoir toujours vous adapter au besoins du moment.

Lire la suite...

"Prendre le temps de s'interroger sur soi pour vivre mieux"

Par Dassonville

Publié le 13 Novembre 2021

Dés ma première séance avec monsieur Renard j'ai su que j'avais trouvé le professionnel qui saurait m'aider à comprendre d'où viennent mes maux et comment en guérir. Ses qualités humaines, sa capacité à mettre en confiance et sa compétence à la véritable écoute m'ont mise à l'aise tout de suite. Psychanalyste parlant et apaisant avec qui les échanges sont fluides et constructifs, monsieur Renard pratique également l'hypnose et l'EMDR avec une efficacité remarquable. Il sait faire émerger ce qui est enfoui au plus profond de nous et qui souvent complique les rapports que nous tissons avec les autres et avec nous-même.

Lire la suite...

"Savoir s'occuper de soi"

Par Paul

Publié le 31 Août 2021

On passe son temps à demander aux autres de nous comprendre. Puis arrive le jour (pour les plus chanceux) de s'adresser à un professionnel pour vous aider à finalement commencer par se comprendre soi-même. Mr Renard est ce genre de professionnel, qui saura utiliser la meilleure forme qui vous convient pour cela. La psychanalyse étant la plus belle aventure, celle qui vous fera partir à la rencontre de vous et de toutes vos croyances et peurs. Rangez vos series Netflix, il y a une quête incroyable à débuter beaucoup plus proche de vous.

Lire la suite...

"Thérapeute engagé et très humain. "

Par Aurore G.

Publié le 14 Avril 2021

Thérapeute engagé et très humain. Mr Renard est très professionnel et le terme thérapie prends tout son sens à travers ses connaissances multiples et efficaces à tout points de vues. Après plusieurs années de rencontres avec divers professionnels, je suis très satisfaite de son travail autant en psychanalyse qu'en hypnose. Je le recommande vivement pour les personnes qui sont à la recherche d'eux même, pour un avancement personnel et engagé, et tout cela avec beaucoup de positivité.

Lire la suite...

"Une fenêtre sur soi..."

Par Cécile

Publié le 01 Avril 2021

Merci Monsieur Renard pour votre aide précieuse en tant que thérapeute et hypnotérapeute. Je ressens les bénéfices de tout ce travail ensemble. Après quelques séances je ressens déjà un profond apaisement.

Lire la suite...

"Excellent Thérapeute"

Par David

Publié le 10 Février 2021

N'étant pas adepte de la thérapie: Excellent Thérapeute, après une séance d'hypnose et 1 séance EMDR, mes acouphènes et vertiges ont disparu. Les résultats sont au delà de mes attentes, je vous recommande ce thérapeute

Lire la suite...

"Très bon psychanalyste"

Par David

Publié le 10 Février 2021

Pourtant n'étant pas adepte de la thérapie : Super psychanalyste, plus d'acouphènes et vertiges en 2 séances, les résultats ont dépassé mes attentes Grand professionnel, très à l'écoute, je recommande

Lire la suite...

"Excellent thérapeute !"

Par Elsa

Publié le 20 Novembre 2020

Monsieur Renard est de très loin le meilleur thérapeute que je puisse recommander. Extrêmement à l’écoute, bienveillant et avec une empathie profonde. Sans oublier de mentionner la connaissance de ses sujets qui atteint des sommets, il est le praticien incontournable.

Lire la suite...

"Très bon psychanalyste "

Par Aurore

Publié le 10 Juin 2020

Je n’ai qu’une chose à dire très bon psychanalyste, très à l’écoute et d’une grande aide je reviens de loin ...

Lire la suite...

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes   |   Site référencé sur Annuaire-sante-bien-etre.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.